Hépatite – Cirrhose Alcoolique

Des professionnels de santé experts de ma pathologie sont disponibles !

Retrouvez ci-dessous toutes les informations relatives à votre recherche

Mapatho Hépatite – Cirrhose Alcoolique

Recense dès à présent :

58

Soignants

43

Centres experts

L’Hépatite – Cirrhose Alcoolique ?

Les caractéristiques de cette pathologie

Définition générale

La cirrhose alcoolique est une maladie du foie due à l’abus d’alcool pendant une période prolongée. La majeure partie de l’alcool, une fois absorbée par l’intestin, est métabolisée par le foie. Lors de sa métabolisation, l’alcool se transforme en substances qui peuvent endommager le foie. Plus une personne boit, plus le risque de lésions du foie est élevé. Lorsque l’alcool endommage le foie, il peut continuer de fonctionner car il est capable de récupérer d’une lésion légère. Le foie est capable de fonctionner “normalement” jusqu’à 80% de lésions.

2000 à 3000

cas de cirrhoses /million d’habitants

10 à 15%

des personnes développeront un cancer du foie

En savoir plus

Au niveau du foie, la première conséquence de consommation chronique d’alcool est l’accumulation de graisses dans les cellules du foie appelée la stéatose. Elle est réversible. Le foie qui peut prendre en taille dû à cette stéatose, régresse à l’arrêt de la consommation d’alcool. Si celle-ci continue, une inflammation peut apparaître. Ce processus aboutit à la formation d’un tissu cicatriciel appelé fibrose. En s’aggravant, la fibrose modifie l’aspect du foie, il devient dur et pierreux : c’est le stade de la cirrhose. Ce stade est irréversible, c’est à ce moment-là qu’apparaissent les complications sévères et que le foie ne peut plus assurer ses fonctions normalement.

Elle peut être asymptomatique ou accompagnée de symptômes comme la fièvre, la jaunisse (coloration de la peau et du blanc des yeux en jaune), fatigue, augmentation du volume, de la douleur et de la sensibilité du foie conduisant à des problèmes plus graves tel que le saignement digestif et une dégradation de la fonction cérébrale.

On suspecte une maladie hépatique alcoolique chez les personnes qui présentent des symptômes et qui consomment des quantités importantes d’alcool. Il n’existe pas d’examen spécifique pour diagnostiquer la cirrhose alcoolique. Lorsque le médecin suspecte ce diagnostic, il effectue des analyses de sang pour évaluer la fonction hépatique. Les examens d’imagerie du foie ne sont pas pratiqués systématiquement. Une élastographie échographique peut être employée pour déterminer la rigidité du foie et la présence d’une fibrose. La biopsie hépatique est parfois pratiquée lorsque le diagnostic est incertain ou lorsque la maladie du foie semble avoir plusieurs causes. Si le patient est au stade de la cirrhose, on recherchera à réaliser des examens pour rechercher un éventuel cancer.

La prise en charge de la cirrhose alcoolique consiste principalement à l’arrêt de la consommation d’alcool et d’une aide au sevrage. Certains médicaments peuvent aider au sevrage alcoolique. Les patients qui consomment beaucoup d’alcool ont souvent des carences en vitamines et nutriments, il lui sera donc conseillé un régime nutritif riche et des compléments vitaminiques. Concernant les lésions hépatiques, le sevrage alcoolique est le meilleur des traitements. Des corticoïdes peuvent soulager une inflammation sévère du foie chez un patient ne présentant pas de contre-indications à leur utilisation.
Une greffe de foie peut être pratiquée si les lésions sont trop importantes. La greffe permet aux personnes de vivre plus longtemps. Cependant, comme près de la moitié des personnes recommencent à boire après une greffe, la plupart des programmes de greffe exigent que la personne soit abstinente depuis 6 mois pour être éligible.