La Narcolepsie

Des professionnels de santé experts de ma pathologie sont disponibles !

Retrouvez ci-dessous toutes les informations relatives à votre recherche

Mapatho Narcolepsie

Recense dès à présent :

3

Soignants

La Narcolepsie?

Les caractéristiques de cette pathologie

Définition générale

La narcolepsie est aussi connue sous le nom de maladie de Gélineau, il s’agit d’un trouble sévère de l’éveil qui se traduit par des accès irrépressibles de sommeil qui surviennent plusieurs fois pendant la journée, parfois au cours d’une activité.

La narcolepsie persiste tout au long de la vie et a d’importantes conséquences sur la vie sociale et professionnelle des malades. Il s’agit d’une maladie rare touchant autant les hommes que les femmes. Son apparition est plus fréquente autour des âges de 15 et 35 ans.

15 – 35 ans

apparition de la maladie

Quels sont les symptômes de la Narcolepsie ?

La somnolence excessive (hypersomnie) pendant la journée et les accès de sommeil irrépressibles sont les premiers signes de cette maladie.

Ces signes peuvent être associées à des cataplexies  c’est-à-dire un relâchement musculaire brutal (affaissement du cou, de la mâchoire, des épaules), cette perte de tonus musculaire peut être provoquée par une émotion.

Les narcoleptiques ont souvent un sommeil de mauvaise qualité et certains souffrent de paralysie du sommeil. À l’endormissement et au réveil, certains malades expérimentent des hallucinations auditives, visuelles ou sensorielles, elles peuvent déclencher une psychose chez le patient qui appréhende les moments d’endormissement.

La principale complication de la narcolepsies est l’altération de la qualité de vie avec des répercussions sociales pouvant mener à l’isolement et être à l’origine de dépression.

Quelles sont les causes de la Narcolepsie ?

Les causes de la narcolepsie sont mal connues. La prédisposition à cette maladie serait d’origine génétique et impliquerait le système immunitaire. Les premiers symptômes apparaissent souvent après un stress : stress émotionnel, forte fièvre, grossesse, dépression, traumatisme crânien.

Les patients présentent également une baisse importante des neurones à hypocrétine (neurotransmetteur impliqué dans le cycle veille-sommeil)qui serait à l’origine du dysfonctionnement des mécanismes de régulation du cycle veille- sommeil.  D’après ces éléments, les mécanismes en cause dans la maladie seraient auto-immuns : le système immunitaire attaque les neurones à hypocrétine et les détruit.

Comment diagnostiquer la Narcolepsie ?

Le diagnostic est réalisé dans un centre du sommeil, à la suite d’examens indispensables visant à mettre en évidence les crises de sommeil ainsi que fournir la confirmation clinique des cataplexies. Un examen polysomnographique met en évidence les perturbations du sommeil et le teste de latence d’endormissement mesure la tendance à s’endormir dans la journée. 

Quelle prise en charge pour les personnes atteintes ?

Cette maladie est chronique et est plus ou moins handicapante selon son degré de sévérité. La prise en charge repose essentiellement sur une bonne gestion du sommeil en réalisant de courtes siestes pendant la journée. Une bonne gestion des émotions favorise la diminution des cataplexies. 

Certains antidépresseurs et stimulateurs de la vigilance peuvent être prescrits dans un objectif de gestion des symptômes mais ne permettent pas de guérir la maladie. 

Icon_contenu_validé

Contenu rédigé par Mapatho. Relecture et validation par Imhotep Santé