Rectocolite hémorragique (RCH)

Des professionnels de santé experts de ma pathologie sont disponibles !

Retrouvez ci-dessous toutes les informations relatives à votre recherche

Mapatho Rectocolite hémorragique (RCH)

Recense dès à présent :

133

Médecins spécialistes

1

Centre expert

Service

Happy Biote

Happy Biote c’est à la fois un livre « Un intestin heureux avec Happy Biote » ainsi qu’un coaching « Réconciliez assiette et santé avec Happy Biote ». Ce coaching est dédié au microbiote intestinal pour allier santé et bonne humeur. Happy Biote a été fondé par Virginie Gergès atteinte d’une rectocolite hémorragique.

Un intestin heureux avec Happy biote

Service

Comment j’ai hacké mes intestins ?

« Comment j’ai haché mes intestins » est une websérie documentaire qui relate l’enquête de Dora Moutot au sujet de sa dysbiose intestinale. Journaliste et patiente elle casse les tabous face aux maladies chroniques intestinales qui regroupent pas moins de 250 000 personnes en France.

Comment j'ai haché mes intestins

La Rectocolite hémorragique (RCH) ?

Les caractéristiques de cette pathologie

Définition générale

La rectocolite hémorragique est une maladie inflammatoire chronique des intestins (MICI), au même titre que la Maladie de Crohn. Cette maladie chronique touche exclusivement l’extrémité du tube digestif à savoir le rectum et le l’anus.

La rectocolite hémorragique évolue souvent par des phases d’activité inflammatoires appelées « poussées » totalement imprévisibles et très variables en intensité, entrecoupées de périodes de rémission. L’alternance entre ces deux phases est très variable et imprévisible. Les causes spécifiques de cette maladie chronique reste encore inconnues, il semblerait qu’elle soit multifactorielle : prédisposition génétique, facteurs immunologiques et environnementaux.

15 à 35 ans

âge à laquelle apparaît la maladie

15 à 20%

des malades devront subir une intervention chirurgicale

1 sur 1000

touché par la rectocolite hémorragique

En savoir plus

Les symptômes de la maladie dépendent de l’étendue et de la localisation des lésions. Le plus souvent, les diarrhées chroniques contenant des glaires et du sang sont évocateurs de la maladie. Les autres symptômes peuvent être : douleurs rectales, amaigrissements, fièvre et fatigue chronique.
D’autres symptômes non digestif peuvent apparaître comme des douleurs articulaires, gonflement des articulations, éruptions cutanées et plus rarement des lésions oculaires.
Un terrain génétique peut être un des risques de développer la rectocolite hémorragique. Le stress n’est pas un facteur de risque mais lorsqu’une personne est atteinte de la maladie, le stress peut aggraver les symptômes. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, advil, nurofen) sont interdits car ils provoquent ou d’aggravent les poussées.
Le diagnostic est établit à la suite de plusieurs examens médicaux : coloscopie, analyse de sang, analyse des selles, scanners abdominaux-pelviens, échographies. Un traitement chirurgical est à envisager en cas d’évolution de la maladie et de non efficacité des traitements médicamenteux.
Les traitements sont nécessaires pour cicatriser les lésions et soulager les symptômes. Les formes légères de la maladie peuvent être traitées par des suppositoires ou bien par des lavements. Les formes moins légères nécessitent la prise de médicament. Le traitement chirurgical concerne environ 20 à 30 % des malades sur toute la durée de la maladie.
L’inflammation chronique de la muqueuse intestinale peut entraîner un risque de cancer du côlon. Les patients sont régulièrement encouragés à se faire dépister pour détecter le moindre risque.

Nos pathologies

Consultez dès à présent nos annuaires par pathologie !