L’Ostéoporose

Des professionnels de santé experts de ma pathologie sont disponibles !

Retrouvez ci-dessous toutes les informations relatives à votre recherche

Mapatho Ostéoporose

Recense dès à présent :

5

Soignants

20

Centres experts

L’Ostéoporose ?

Les caractéristiques de cette pathologie

Définition générale

L’ostéoporose est une maladie du squelette caractérisée par une diminution de la densité osseuse et des altérations de l’organisation de l’os. Il s’agit de la perte progressive du capital osseux responsable de la solidité des os.

Cette pathologie découle d’un processus de vieillissement et concerne généralement les personnes âgées de 65 ans et plus mais peut survenir plus tôt. Elle touche deux à trois fois plus les femmes que les hommes en raison de la ménopause qui est à l’origine de la chute d’hormones sexuelles responsables du remodelage osseux.

65 ans

Âge moyen de l’apparition de la maladie

Maladie silencieuse

Pas de symptômes physiques

Quelles sont les causes de l’Ostéoporose ?

Le manque de calcium, de phosphore et de minéraux fragilise l’os et diminue sa résistance aux fractures. Ainsi dans un contexte de chutes ou de faibles traumatismes les personnes souffrant d’ostéoporose présentent des fractures ostéoporotiques. Les os de la hanche, des poignets et de la colonne vertébrale sont les plus touchés par ce type de fractures. 

L’ostéoporose est caractérisée par une diminution de la masse osseuse due à une résorption osseuse non compensée. Cette masse osseuse se maintient généralement jusqu’à 35 ans puis diminue progressivement, surtout après la ménopause.

Existe-t-il des facteurs favorisant le développement de l’Ostéoporose  ?

Certains facteurs accélèrent la perte de masse osseuse et accélèrent l’apparition de l’ostéoporose

  • Le vieillissement
  • La ménopause 
  • Une prédisposition génétique 
  • Un traitement au corticoïde supérieur à 3 mois 
  • Un IMC inférieur à 19
  • Une absence d’activité physique 
  • Une carence en vitamine D et/ou en calcium
  • La consommation de tabac et d’alcool

Comment diagnostiquer l’ostéoporose ? 

Le diagnostic de l’ostéoporose s’effectue par une radiographie et un test d’ostéodensitométrie qui permet de connaître la densité osseuse c’est-à-dire la teneur en minéraux. Mais souvent l’ostéoporose est mise en évidence à la suite d’une fracture ostéoporotique.

L’ostéoporose n’occasionne généralement pas de symptômes physiques, c’est une pathologie silencieuse. Un des signes de la maladie est une diminution de la taille causée par un affaissement des vertèbres pouvant engendrer des douleurs de dos.

Existe-t-il des complications liées à l’ostéoporose ?

Les principales complications de l’ostéoporose sont les fractures, il est donc indispensable de prévenir le risque de chute afin d’éviter les conséquences telles que les douleurs, la perte d’autonomie et réduction de la qualité de vie.

Pour diminuer ce risque de fractures il existe différentes mesures préventives telles que faire de l’activité physique, maintien d’un IMC normal, avoir une alimentation riche en calcium et un apport suffisant en vitamine D ainsi que réduire la consommation de tabac et d’alcool.  

Est-ce que l’ostéoporose se soigne ?

Les traitements de l’ostéoporose ont pour objectif de freiner la dégénérescence osseuse. Une supplémentation en calcium et vitamine D peut aussi être envisagée lorsqu’il existe un deficit (carences).  

Les traitements de l’ostéoporose ont pour objectif de freiner la dégénérescence osseuse, il en existe plusieurs en fonction du type d’ostéoporose : 

– les bisphosphonates bloquent la destruction osseuse

– les modulateurs sélectifs des récepteurs aux oestrogènes, raloxifène sont utilisés  chez la femme ménopausée

– la parathormone stimule la formation osseuse 

– le traitement hormonal est utilisé chez  chez la femme ménopausée

– le désonumab est utilisé en seconde intention après les bisphosphonates

Une supplémentation en calcium et vitamine D peut aussi être envisagée lorsqu’il existe un déficit (carences). 

La consultation d’un ergothérapeuthe permet d’aménager le quotidien et prévenir les chutes. Aussi pour la prévention des risques de chute : correction de l’acuité visuelle, traitement de troubles neuromusculaires ou orthopédiques, action sur l’environnement domestique du patient, précautions particulières avec les traitements pouvant altérer la vigilance tels que les somnifères ou les tranquillisants…

Des analgésiques sont prescrits en cas de douleurs aiguës. 

Icon_contenu_validé

Contenu rédigé par Mapatho. Relecture et validation par Imhotep Santé