Vaginisme

Des professionnels de santé experts de ma pathologie sont disponibles !

Retrouvez ci-dessous toutes les informations relatives à votre recherche

Mapatho Vaginisme

Recense dès à présent :

45

Soignants

Le Vaginisme ?

Les caractéristiques de cette pathologie

Définition générale

Le vaginisme se caractérise par une contraction involontaire des muscles du vagin. Il n’y a pas de malformation des organes génitaux associée. Cette contraction rend les pénétrations douloureuses voir impossibles, systématiquement ou non. Il arrive que chez certaines femmes, l’utilisation de tampon soit impossible.

25%

des femmes seraient touchées par le vaginisme

20%

des femmes touchées consultent un spécialiste

En savoir plus

Il existe 2 types de vaginismes :
vaginisme primaire : les contractions de la paroi et les douleurs sont présentes depuis toujours. Aucune pénétration n’est possible.
vaginisme secondaire : les contractions et les douleurs apparaissent suite à un événement. Exemples : accouchement compliqué, infections sexuelles à répétition, traumatismes psychologiques ou sexuels..

L’origine du vaginisme peut être multifactorielle et pas forcément identifiée.

Le diagnostic du vaginisme est clinique et établi par un soignant (gynécologue, médecin généraliste, sage femme) lors d’une discussion avec la patiente sur ses antécédents médicaux ainsi que sur son histoire sexuelle.
Un examen est nécessaire afin d’éliminer les autres causes rendant la pénétration difficile ou douloureuse (anomalies de l’hymen, endométriose..). Lors de l’examen, la patiente accompagne le soignant pour insérer un doigt ou le spéculum (l’instrument utile pour regarder dans le vagin) à l’intérieur de son propre vagin afin d’éviter les douleurs.

Le traitement du vaginisme consiste à la pratique d’exercices permettant la décontraction de la paroi du vagin. Ces exercices peuvent être réalisés seul à domicile ou avec un professionnel (kinésithérapeute, sage-femme, etc). Ils ont pour objectif d’habituer progressivement les muscles du vagin à la pénétration afin d’éviter cette contraction « reflexe ». L’aide du partenaire est importante.

Des crèmes lubrifiantes peuvent être utiles à la patiente afin d’aider à la décontraction et d’aider pendant les exercices de relaxation. Chez certaines femmes, une psychothérapie ou alors une sexothérapie peut être nécessaire pour débloquer certains facteurs inconscients.

Icon_contenu_validé

Contenu validé par l’équipe de Médecins Imhotep Santé.